Zoom sur

Décès de Jean-Pierre Gouzy, vice-président du CIFE

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Jean-Pierre Gouzy, le vendredi 17 février 2017 à Paris, à 91 ans, à deux mois de son 92e anniversaire.


Jean-Pierre fut de tous les combats pour l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. Convaincu de la nécessité de la construction européenne, et militant européen dès 1947, il participera à toutes les grandes actions fédéralistes de notre continent, sans jamais hésiter à y porter un regard lucide. Il était donc à la fois un acteur et un grand témoin de cette époque.


Jeune journaliste, il avait été chargé de couvrir le congrès de La Haye en mai 1948, alors qu’il y participait également comme délégué français. C’est à cette époque qu’il avait rencontré et suivi Alexandre Marc. Il sera le premier secrétaire général du CIFE dès sa création, en 1954, et jusqu’en 1982. Il sera par la suite directeur délégué du CIFE, puis son vice-président jusqu’en 2015, quand il décida de prendre une retraite militante bien méritée. Ceci ne l’avait pas empêché, en tant que membre d’honneur du CIFE, de participer au conseil d’administration et à l’assemblée générale de décembre 2016.
Jean-Pierre avait également été rédacteur en chef de notre revue, l’Europe en formation, avant d’en devenir le directeur politique, et il y avait publié de nombreux articles. Depuis 1965, il tenait la rubrique de « la vie politique », dans laquelle il présentait chaque mois puis chaque trimestre, avec une approche critique, mais un enthousiasme constant, l’actualité européenne et internationale.


Lorsque le CIFE avait quitté Paris pour s’installer à Nice au début des années 60, Jean-Pierre, resté à Paris, était devenu le représentant du CIFE dans la capitale. Depuis, et jusqu’au début de cette année, il ne manquait jamais de nous appeler, au moins deux fois par mois, pour participer aux décisions du CIFE, et les soutenir par son action. Il chérissait tout particulièrement l’Europe en formation, à la fois comme journaliste, mais également comme fondateur de celle-ci. 


Ayant toujours refusé d'écrire ses mémoires, il avait toutefois publié en 2009 une « Histoire de l’Europe 1949-2009 », présentant un témoignage fédéraliste du demi-siècle qui s’était écoulé.


Nous retiendrons de Jean-Pierre la figure d’un des grands fondateurs du CIFE, à la fidélité constante et au militantisme fédéraliste européen chevillé au corps, mais également l’ami généreux et fidèle, celui que l’on retrouvait autour d’un bon repas afin d’échanger joyeusement sur les thèmes les plus divers.


Au revoir, Jean-Pierre !

Retour
Partager l'article